Russie: Condamné pour activité missionnaire

Une nouvelle loi religieuse a été votée en Russie le 20 juillet dernier. En moins de trois mois, plusieurs accusations ont déjà été portées contre des chrétiens.

Le 30 septembre dernier, un missionnaire américain a été condamné en appel sous la nouvelle loi anti-missionnaire russe. Le tribunal régional d’Orel a maintenu telle quelle la décision du tribunal de première instance de la ville. Au mois d’août, ce dernier avait condamné Donald Ossewaarde pour activité missionnaire non autorisée. L’Américain entend poursuivre son combat judiciaire jusqu’à la Cour suprême ou même la Cour européenne des droits de l’homme, rapporte le Centre juridique slave, qui assure sa défense.

Les avocats du prévenu ont plaidé que la constitution russe protégeait la liberté de conscience, y compris la liberté de partager ses croyances. Ils ont argumenté que la loi demande aux missionnaires d’avoir une accréditation de leur organisation religieuse. Elle ne s’appliquait donc pas au cas de Donald Osserwalde, qui opérait indépendamment de toute Eglise russe.

Le missionnaire avait été arrêté lors d’un culte se tenant dans son appartement, et condamné le même jour. Son premier avocat, commis d’office, lui avait transmis des messages de menaces à l’encontre de sa famille. Suite à ces menaces, l’épouse de Donald Osserwalde est rentrée aux Etats-Unis.

Le but officiel de cette loi est de surveiller les groupes extrémistes afin de combattre le terrorisme. Mais comme elle interdit toute activité religieuse en dehors des bâtiments des églises enregistrées, elle vise avant tout les églises de maison et les missionnaires, comme l’Américain Don Ossewaarde.

Don et son épouse Ruth (photo) se sont installés il y a 14 ans à Oryol, situé à environ 305 km au sud de Moscou, pour accomplir leur travail missionnaire. Le couple a été arrêté le 14 août dernier alors qu’il célébrait le culte du dimanche. Ils ont été emmenés au poste de police où Don a été accusé de diriger des rencontrer religieuses dans sa maison et d’avoir posté des invitations sur les tableaux d’affichage des immeubles du quartier. En seulement deux heures, Don a été déclaré coupable et condamné à une amende de 40’000 roubles (environ CHF 630).

Le recours du missionnaire américain a été rejeté la semaine dernière. Par la suite, il a écrit dans son blog qu’il avait initialement eu l’intention de rejoindre au plus vite sa famille aux Etats-Unis, mais que l’enjeu était de taille et qu’il ne voulait pas abandonner. Au contraire, il se dit prêt à se battre pour son droit jusqu’à la Cour suprême. Il est convaincu que son cas jouera un rôle déterminant dans le développement de la liberté religieuse en Russie, autant pour les missionnaires que pour les chrétiens russes. Son avocat commis d’office aurait conseillé au couple de quitter Oryol pour des raisons de sécurité.

Les Ossewaarde ne sont pas les seuls chrétiens qui se sont heurtés à la nouvelle loi. Au cours du premier mois après son entrée en vigueur, six chrétiens ont été accusés de violation de la loi religieuse, comme le rapporte l’agence de presse Forum 18. D’autres cas se sont produits depuis.

La Russie ne figure pas sur l’Index mondial de persécution 2016 de Portes Ouvertes, mais elle fait partie des pays sous observation.

 


© Crédits Photos & sources : infos24.elyon.fr
Courte reproduction partielle autorisée suivie par un lien redirigeant vers cette page.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *