De la megachurch à la « meta church » : Bordeaux Rive Droite devient Eglise Momentum

Ils étaient 250 en 2009 à son arrivée. 8 ans plus tard, Patrice Martorano communique aux 1250 membres de Bordeaux Rive-Droite une information importante: l’église devient « Momentum ». Elle abandonne un nom trop connoté géographiquement, se défend de sa réputation de « megachurch » (ici, les membres ne sont pas passifs mais sont très impliqués) et affirme son ADN de « meta church »*: devenir les acteurs du changement que seul Dieu peut apporter à une métropole bordelaise en pleine effervescence. Nicolas Ciarapica était là, en famille, pour assister à cette dédicace. Reportage.

C’est dimanche, nous sommes le 24 septembre et comme l’Enlèvement n’a pas eu lieu, nous nous hâtons d’aller à « Bordeaux-Rive Droite », une église rattachée aux ADD de France. En arrivant juste à l’heure pour le premier culte à 9:30 (il y en aura 2 autres ce jour, à 11:30 et 14:30) les enfants crient: « Oh des ballons ! » Le lieu de culte, situé en bordure d’un immense centre commercial, a été décoré comme pour un anniversaire. Nous nous précipitons pour amener les enfants à leurs activités.

L’organisation, encore en rodage après des mois de réaménagement du sous-sol, est impeccable. Tout vient d’être refait et, si les enfants doivent retirer leurs chaussures, nous devons mettre des sur-chaussures pour ne pas souiller les sols cirés. Ils sont regroupés par tranche d’âge en 5 catégories. Pour les plus petits, les parents reçoivent un numéro qui s’affichera sur l’écran de la grande salle en cas d’urgence. Ingénieux. Les miens courent se défouler vers la structure gonflable et les différents jeux en attendant leur moment biblique. Tous les équipiers sont jeunes, identifiés, efficaces.

Le temps de louange a commencé dans la grande salle dont l’estrade est désormais surmontée de néons bleutés, qui s’animent surtout lors des soirées pour les jeunes. Ce matin, Dan Luiten entraîne l’assemblée pendant que des placiers nous installent de façon à ne laisser aucun vide : les retardataires auront toujours un siège sans déranger l’assistance. Derrière nous, une dame âgée se bouche les oreilles. Certains trouveront trouveront toujours que le son est trop fort : la forme du culte vise un public plutôt jeune même si les activités ciblent tout le monde. Les messages sont encourageants, courts et percutants. Ils se terminent par une « vérité à emporter ». Au moins ici, on ne regarde pas sa montre. Ce matin, Dan écourte le temps de louange.

Patrice monte sur scène pour débuter un sermon en forme de bilan et de projection pour les 24 mois à venir. Visiblement, à part les 50 responsables et les 400 bénévoles des activités, tout le monde n’est pas encore au courant… Accueillir les nouveaux, les former et les baptiser, c’est fait. L’église s’est transformée d’une « ADD type » (avec ses « gloire à Dieuuuu » tonitruants mais un peu sinistres, son message de 45 minutes et sa prophétie dominicale « ne regarde ni à droite ni à gauche mais regarde en avant ») en un lieu de culte contemporain, ouvert, convivial et accessible. On y encourage toutes les initiatives pour bénir le quartier, une ZEP, « zone à évangéliser en priorité » : si ma fille aînée a eu son Bac S avec mention, c’est un peu grâce aux cours de physique qu’elle y a reçu tous les 15 jours.  [ Lire la suite…]

 

© Crédits Photos & sources : infos24.elyon.fr / infochretienne.com
Courte reproduction partielle autorisée suivie par un lien redirigeant vers cette page.

Laisser un commentaire